Valorisation des professionnels.

Mesdames, Messieurs les Présidents,
Mesdames, Messieurs les Directeurs généraux,
Mesdames, Messieurs les Directeurs d’associations tutélaires,
Mesdames, Messieurs,
Chers amis,

Vos remontées terrain sur la question de la valorisation des professionnels de notre réseau sont alarmantes.
Nous tenions à partager avec vous les actions que la tête de réseau mène, depuis 18 mois, et que nous continuons à mener pour défendre vos intérêts sur ce sujet.

Les établissements et services du réseau Unapei accompagnent quotidiennement, souvent 365j sur 365, 24h/24h, des enfants et adultes en situation de handicap. Mais aujourd’hui, faute de professionnels, nombre d’entre eux n’ont plus la capacité d’assurer une continuité de service, partout et pour tous. Les territoires transfrontaliers sont particulièrement touchés. Ces derniers voient de potentielles recrues, attirées par des missions aux conditions de travail plus attractives hors des frontières françaises. Leur situation est dramatique.

Sur le terrain, vous tirez régulièrement la sonnette d’alarme et interpelez les pouvoirs publics afin d’obtenir des réponses rapides dont une extension du SEGUR pour tous. La tête de réseau fait de même, depuis la sortie du premier confinement, au niveau national, seul ou en collectif en lien avec les syndicats employeurs, ainsi que d’autres associations du secteur, et en vous outillant pour action au niveau local, comme cela a été le cas cet été. Nous ne comptons plus les courriers signés par l’Unapei, les auditions, dont celle avec la mission Laforcade, début 2021, à laquelle la tête de réseau a participé, nourrie des contributions des DG de notre réseau, ainsi que les nombreuses interpellations des Ministres.

Nous nous mobilisons également pour la revalorisation des métiers de la protection juridique,via des actions de plaidoyer alimentées par une étude d’impact économique et déployées, tant au national que territorial.

Malgré cela, certaines catégories de professionnels et d’établissements demeurent toujours exclus du SEGUR ou de toute revalorisation, sans raison.

Comment peut-on discriminer financièrement les professionnels des établissements et services médico-sociaux sur le critère de la nature du financeur de leur établissement ou service employeur ? Ces mesures de revalorisations à plusieurs vitesses ont généré, de fait, une concurrence entre les professionnels au sein d’un même établissement ou entre établissements d’un même territoire, situation qui aujourd’hui n’est plus tenable.

Pour un certain nombre d’établissements du réseau Unapei, assurer leur mission d’accueil devient, de fait, de plus en plus difficile, alors que la mission première d’un établissement ou service médico-social est l’inconditionnalité et la sécurité de cet accueil. Exercer cette mission devient de plus en plus complexe faute de personnels en nombre suffisant ou qualifié. Aujourd’hui, des structures doivent réduire certaines missions, avec un impact direct sur le quotidien des personnes accompagnées – ou en attente d’accompagnement – et de leurs familles.

Concernant les mandataires judiciaires, le nombre de personnes à accompagner s’avère trop important au regard de la diversité des actions à mener. Le temps consacré à chaque majeur protégé n’étant pas suffisant pour lui offrir un appui à la décision et un accompagnement à hauteur des besoins.

C’est au nom des impacts incommensurables sur les personnes et les familles, que l’Unapei agit au niveau institutionnel sur ces 2 plans. Les droits des personnes et des familles ne pourront être respectés, si ces situations perdurent.

La crise sanitaire nous a par ailleurs rappelé avec force l’importance de nos établissements et services, au service de tous et en particulier des personnes qui ont besoin d’un accompagnement adapté, voire continu. Des mesures pour valoriser et reconnaître les métiers de l’accompagnement sont indispensables : reconnaissance de la pénibilité, revalorisation des grilles, formations initiales plus adaptées à la complexité des accompagnements. Des mesures en faveur d’une revalorisation des métiers viennent d’être annoncées pour le secteur grand âge et aide à domicile, le secteur du handicap est aussi en grande souffrance et en réitère le besoin indispensable.

Nous vous appelons par conséquent à vous associer à toute démarche et action de mobilisation initiée, au niveau national comme local avec vos partenaires, qui vous semblerait opportune.

Par ailleurs, nous interviendrons, dans les semaines à venir, au moment des discussions au Parlement du PLFSS2022 – valorisation des professionnels des établissements et services – et du PLF2022 – valorisation des mandataires judiciaires – en combinant actions d’influence et de plaidoyer. Actions que nous vous proposerons d’appuyer et de relayer, le moment venu.

Nous restons bien entendu à votre écoute avec les membres du Conseil d’administration de l’Unapei.

En union associative avec vous,

Luc Gateau  Marie-Aude Torres Maguedano
Président de l’Unapei Directrice Exécutive